Retrouvez l’interview de Valérie Poirier,  Nounou d’Entreprise de l’Agence de Communication Machin Bidule

A quoi ressemble une journée de « nounou d’entreprise » ?

Une majeure partie de mon temps est consacrée à assurer une veille administrative, ce qui permet aux salariés et aux gérants de ne pas perdre de temps et d’énergie avec des choses non liées directement à leur mission.

Je prends également le temps de ressentir comment vont mes collègues, je les observe et je déjeune avec eux. Quand je les sens contrariés, stressés, inquiets, je fais en sorte de trouver un moment pour discuter. Toute l’équipe (10 personnes) travaille dans un open space alors je suis attentive aux moments « intimes » favorisant l’écoute et l’échange.

Si je détecte des tensions ou des formes de mal être, j’en fait part aux dirigeants avec l’accord des salariés.

J’assure également une veille de ce qui se fait pour le bien-être en entreprise et me nourrit des expériences des autres pour faire des propositions à l’équipe (jeux, pique-nique, journées surprises …).

Une fois par mois je propose une demie heure de méditation et transmets des clés de gestion du stress et de relaxation.

Enfin, je suis attentive à ce qu’il y ait du café toujours, des petits chocolats et des bonbons régulièrement, des jus de fruits de temps en temps, du chocolat chaud parfois l’hiver. Autant de petits plaisirs simples qui peuvent aider à adoucir une journée.

 

Quelle est votre vision du bonheur ?

La Reconnaissance + La Sollicitation + La Communication + La Cohérence sont les maitres mots à mon sens : J’ai la sensation que les personnes se sentent bien dans leur travail quand ils sont reconnus, respectés, écoutés et qu’on leur fait confiance .

Ensuite, le bien-être est lié au fait que l’on sollicite les salariés comme des acteurs à part entière dans la vie quotidienne et dans le développement de l’entreprise : on ne fait pas que leur confier des missions sans connaître leur point de vue sur la situation générale de l’entreprise.

Il est également essentiel que la communication puisse circuler et que les salariés sentent que l’échange est possible avec leurs dirigeants et managers. Enfin, il est indispensable que la direction et les managers suivent une ligne cohérente pour permettre le bien-être au travail. Si les actes et les paroles divergent, si les valeurs annoncées sont différentes de la manière de diriger et si les axes de l’entreprise ne sont pas clairement posés auprès des salariés au fur et à mesure de leur évolution, il s’installe une espèce de flou qui peut mener aux malentendus, à l’incompréhension, voir au mal être.

Si tous ces points sont respectés, les aspects festifs contribuent au bien-être au travail bien sûr!

 

Que vous a apporté la formation « Devenir Chief Happiness Officer » au quotidien ?

Une définition claire sur les missions d’un responsable du Bien-Être en entreprise et une réflexion de fond sur ce qu’est le Bien-Être en entreprise.

 


 

Et vous comment envisagez-vous le bien être en entreprise ? Si ce sujet vous intéresse, rejoignez notre prochaine formation « Devenir Chief Happiness Officer »

Interview réalisée par : Nawele EL GUESS